NOS FÊTES FORAINES, KERMESSES OU DUCASSES
Au cours des siècles, les notions, kermesse, procession, défilé, foire et ducasse ont évolué. Les mots,
foire et kermesse, furent souvent confondus malgré leur origine différente. Foire vient du latin « forum » : marché. Les foires, créations civiles, servirent au commerce international jusqu’au milieu du 18ème siècle et jouèrent donc un rôle économique essentiel. Les kermesses par contre, jouissent à l’origine d’un caractère spirituel. La ‘Kerkemisse’ était célébrée chaque année pour comémorer la consécration de l’église. Ce jour-là, les fidèles affluaient pour gagner des indulgences et profitaient de l’occasion pour se divertir. La ‘ducasse’ trouve son origine dans les dédicaces que les croyants organisaient pour honorer leurs Saint-Patrons. Il ne fallut pas longtemps pour que les réjouissances relèguent au second plan le caractère religieux de nos fêtes.
La politique de rationalisation de Joseph II toucha le domaine des kermesses, qu’il jugeait préjudiciable à la religion et à l’Etat. L’édit impérial du 11 février 1786 stipulait que toutes les kermesses dans l’ensemble du pays devaient se dérouler le même jour, le deuxième dimanche après Pâques. La force des habitudes populaires fit que cette réglementation ne fut observée que peu de temps, il était effectivement plus agréable que la kermesse du village voisin, tombe à une date différente, de façon à pouvoir également y participer.

Nos conceptions actuelles s’inspirent autant des belluaires antiques et des danseurs de corde que des baladins et troubadours. Cette évolution tranquille trouve sa plénitude dans un cercle de sciure imaginé. Il faudra cependant attendre le 18ème siècle pour qu’un sergent de cavalerie anglais, Phillip Astley, invente – ou redécouvre – le cirque. Les funambules quittent leurs clochers, les jongleurs, les équilibristes et les magiciens abandonnent les champs de foire, pour la piste et ses lumières.

De curiosité en exhibition, la ménagerie et ses apports exotiques font que Georges Wombwell, forain anglais, né en 1777, va donner une impulsion extraordinaire à ce type de spectacles. Epicier de son état, il achète en 1804 deux boas qu’il installe dans son arrière-boutique où ses clients peuvent les admirer moyennant quelques piécettes. La balance de son commerce penche très vite en faveur des reptiles et l’épicier se reconvertit en montreur d’animaux. Il achète voitures, chevaux et pensionnaires, puis se lance sur les routes. Dix ans plus tard, soixante chevaux tirent quatorze voitures, dont l’une abrite un éléphant. De nombreux établissements investissent les champs de foire, et de longues files de voitures bâchées ou closes par des volets sillonnent les campagnes d’europe.

On ne peut écrire sur la fête foraine sans oublier de parler de l’importance des arts de la piste au sein de notre communauté. Les circassiens au même titre que les forains font partie intégrante de la famille des gens du voyage. Liés les uns aux autres par leurs origines, leurs attachements aux traditions et leurs états d’esprits.

Excepté les descendants dont leurs origines foraines sont commerçantes, tous les autres dont les origines sont banquistes, ont dans leurs ancêtres quelqu’un qui, à un moment ou l’autre, a fait le choix entre le cirque et la fête foraine. Les kermesses favorisent à l’évidence la circulation de l’argent parmi les habitants, ce dont bénéficient les commerçants (rôle économique). C’est aussi l’occasion idéale de côtoyer différentes couches de population et de rencontrer les habitants des villes voisines (rôle social). La diffusion d’idées, de produits, de mentalités nouvelles est facilitée (rôle culturel). Les autorités locale se soucient des possibilités d’amusement ( rôle politique). Et ce point est certainement important, eu égard des réactions populaires lorsque le pouvoir voulu restreindre l’ampleur des kermesses.

Merci à Franck Delforge pour avoir publié ce texte sur le Forum, idéal pour illuster cette page.

 
 

Et maintenant place aux photos et aux illustrations de l'époque. Des documents pour la plupart inédits, envoyés en grande partie par une véritable fan du monde forain que je remercie pour son aide précieuse.
Avis aux forains: "Reconnaissez-vous le manège de vos ancêtres parmis ces illustrations ?"

IMPORTANT: Si vous possédez vous aussi ce genre de photo, merci de me les envoyer afin de compléter cette collection unique en son genre, et ainsi arriver à réunir un maximum d'archives sur cette page. Et pourquoi pas en faire la plus grande collection de manèges anciens sur le Web ?? Merci pour votre aide.

RAPPEL: Pour ne pas gâcher le charme de ces superbes photos, parfois très rares, je n'ai pas mis de logo sur celles-ci. Pour autant, je rappelle que toutes ces archives appartiennent à leur propriétaire respectif ; il est donc interdit de les utiliser pour un usage professionnel ou pour un autre site internet sans l'autorisation du Webmaster de ce site. Wipeout a pour but de regrouper un maximum de ces photos sur cette page, cela demande beaucoup de travail et de recherche de la part de plusieurs personnes, merci de respecter ceci.

Retro... Retro... Retro... Retro... Retro...
Retro...

Une photo étrange qui semble être un montage entre un parcours réel et le dessin d'un wagon. En tous cas, je ne vois pas comment le train peut tenir dans le looping ??
<<<

Retro... Retro...
Ces 3 cartes sont des copies achetées par correspondance à une association qui fait des cartes postales:
Optique Sociale 21110 Genlis
>>>
Retro... Retro... Retro...
Retro... Driancourt propriétaire à Vernon.
Pour info, ce manège était "tracté" par des hommes habillés en marin. Ils étaient positionnés sous le manège.
Il parait qu'il en existe toujours un exemplaire qui tourne en Allemagne à l'heure actuelle.
<<<
Retro... Retro...
Retro...
Montagnes Russes à vapeur.
Cette photo est la plus récente de toutes (1923).
<<<
Retro... Retro...
Retro... Retro... Retro... Retro... Retro...
Retro... Retro... Retro... Retro... Retro...
Retro... Retro... Retro... Retro... Retro...
Retro... Retro... Retro... Retro... Retro...
Retro... Retro...      
         
Retro... Retro... Retro... Retro... 4 photos prises à Nancy envoyées par le proprio du DropZone
<<<
Une petite série sur les Auto-Tamponeuse. Admirez le modèle Mercedes
>>>
Retro... Retro... Retro... Retro...
Retro... Retro... Retro... Retro... Retro...
Retro... Retro... Retro... Retro... Retro...
Retro... Retro... Retro... Retro... Retro...
4 photos sur la famille Delforge envoyées par Franck du même nom.
>>>
Retro... Retro... Retro... Retro...
         

Home | Info | Step 1 | Step 2 | Step 3 | Coaster | Forum
The world ride database Wipeout 2002